Avertissement concernant l'usage des cookies sur le site Jingwei

Nous utilisons des cookies uniquement pour un usage technique, aucun suivi publicitaire n est effectué avec ces cookies.

Si ça se trouve, dans 6 mois, ses idées seront géniales

L'humanité s'est rétamée sur un virus, ceci constitue les derniers témoignages récoltés par les robots.

'Death End' de Cixin Liu, Ken Liu
'Night without start (Chronicle of the fallers book 2)' de Peter Hamilton
'Dark intelligence' de Neal Asher
'The Nightmare Stacks' de Charles Stross
'Port d’âmes' de Lionel Davoust
'Echopraxie' de Peter Watts
'Mondocane' de Jacques Barbéri
'Vostok' de Laurent Kloetzer
'Anamnèse de Lady Star' de L.L. Kloetzer
'Point zéro' d’Antoine Tracqui
'Atomik Aztex' de Sesshu Foster
'L'archipel d'une autre vie' d’Andreï Makine
'La planète des tempêtes'
'Loud Hailer' de Jeff Beck
Films & Streaming et Festival des navets

Lire l'article complet

La solitude du blogueur de fond

Dans ce billet beaucoup de vrac quotidien au fil de pérégrinations qui ne souhaitent pas forcément s’imposer dans le méta-univers des blogs. Donc sont abordés la prochaine palme de Cannes ‘Ma Loute’, le Dalton Trumbo, La terre bleue de nos souvenirs, Cœur d’acier,  Les Enfants de l'eau noire et diverses réflexions de comptoir entre tapes de cul écolos.

 


Lire l'article complet

City on fire

Garth Risk Hallenberg
Plon Feux croisés 2015

Lu en période de saturation SF et parce que le titre me rappelait un vieux morceau de Blue Oyster Cult. Mais ça n’a rien à voir.
Ce jeune auteur (la trentaine) semble posséder un goût particulier pour les écrivains français de la grande époque littéraire de la France pour les USA. Il cite souvent Balzac et s'inspire clairement de son oeuvre, il cite aussi Hugo.
Pour qui adore New-York c'est un roman de premier ordre. On y vit les années 70-80 comme si on squattait une ancienne usine du West-End.
Le récit se déploie tel une symphonie de Tchaïkovski agrémentée de temps forts façon Sex Pistols. Crimes, trahisons, sexe, drogue, désespoir, tentative d'évasion d'une ville qui aspire les corps et les âmes, longues scènes d'introspections, déchirements de familles, d'amitiés, d'amours, infidélités multi-niveaux, magouilles à 360° tout s'emmêle en un vaste tableau.
Une œuvre qui s'insère tel un lierre dans une dimension alternative de la Grande Pomme. Il faut s'approcher et bien observer, un peu gratter les interdits, comme pour des mistrals gagnants à la pomme, et là, aux quatre coins des rues , sous l'asphalte des avenues, dans les messages des panneaux de signalisation de ses innombrables carrefours, au sein du béton et de l'acier de ses buildings, là on découvre une poudre d'artificier qui allume les feux sur la ville.
Ce n'est peut-être pas un Pulitzer, mais du lourd, très représentatif d'une vision acteulle de nos amis outre-atlantique sur leur monde ... qu'il vont bientot nous pousser.


Lire l'article complet

The three body problem

Prix de gros pour de la SF Space Opera dans la veine US. Même si les deux auteurs pourraient paraître assez différents: le premier Chinois pur jus et le second virtuel US car écrit à 2 mains sous pseudo. Ce qui les relie: tous deux écrivent des aventures qui s'étalent sur de nombreux tomes et connaissent des diffusions massive, chacune visant des adaptations écran et de gros succès populaires. Lisez cette critique dans laquelle je suis revenu sur mes opinions initiales pour convenir que Cixin Liu mérite amplement son prix Hugo 2015 et confirmer que Corey roule en Ford T. Diable !


Lire l'article complet

La soft-parade de Miquel Barcelo envahit la BNF

L’art génial du chiffon-torchon de glaise

C’était il y a déjà un mois, la galerie d’accès à ma salle de lecture de la BNF était fermée à mon arrivée, il fallait faire le tour complet de l’espace central pour pouvoir rentrer.
Une équipe de techniciens en blouses déployait des échafaudages le long des 200 mètres de verrières de l’allée Julien Cain.
Ils se sont ensuite acharnés pendant une semaine à recouvrir de voiles plastiques toutes les structures en métal qui maintiennent les grandes verrières ( 2 m x 6 m) .
Ensuite une seconde équipe menée par un petit bonhomme à l’accent espagnol se mis a tartiner les verrières avec un torchis marron.
A cette époque je pensais que c’était un traitement destiné à rendre la clarté du verre mais j’étais dans l’erreur. les quelques conversations interceptées à la cafétéria mentionnaient une opération exceptionnelle.

Effectivement, après avoir sommairement barbouillé les 1200 m2 de verre, les catalans, car ce n’étaient pas du tout des espagnols, passèrent à la phase deux de leur casse.
Le petit bonhomme qui parlait tout le temps et semblait leur chef restait seul sur les échafaudages et derrière les paravents du chantier, traçait des formes grossières dans le glacis encore humide, ses adjoints se contentaient de déplacer les échafaudages à sa demande.


Lire l'article complet

David Calvo

David Calvo, je n’avais jamais entendu parler de lui il y a deux ans. Un soir, j’avais suivi le streaming d’une réunion organisée par La Volte avec quelques un de ses auteurs.
Le débat était intéressant mais sans plus, jusqu’au moment ou Calvo pris la parole pour expliquer qu’il était positivement paumé et d’ailleurs actuellement hébergé par son éditeur.
J’allais découvrir qu’il avait déjà de très nombreux romans à son palmarès, pas tous chez son éditeur actuel La Volte, et en lire quelques uns, parcourir ses iles où se côtoient, dans un style irréprochable et fluide, un Casimir du Gondwana aux mains sanglantes, un enquêteur jardinier maitre des fleurs, un morceau du silence perdu de l’Islande, un délire de flocons techno et une Colline de Marseille.
Voici deux petits billets rédigés à quelques mois de distance sur deux de ses créations qui traitent à mon sens d’une veine majeure de son écriture: la bascule dans la dimension du merveilleux située autour de nous mais dont nous avons perdu les clés...


Lire l'article complet

Le principe

Le monde d'un Heisenberg jeune et brillant fini par exploser et l'éternel jeune homme vieillit subitement parce qu'il n'avait pas pu quitter ses lacs et ses montagnes. Fallait-il qu'il prenne la Direction des recherches sur l'atome du IIIe Reich pour instaurer un ilot de stabilité, une utopique résistance jamais tenue ?

Ce petit ouvrage frise l'uchronie d'un nouveau type.


Lire l'article complet