Cette interview a été enregistrée lors du salon du Livre Paris 2018.


Commençons par une brève présentation de Jérôme sous forme de questions-réponses (ne fait pas partie de l'interview)

Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je suis un auteur Clermontois, tout jeune papa et enseignant en lycée agricole, basketteur à ses heures perdues et rôliste convaincu quoi que peu convaincant.
Comment es-tu arrivé(e) à l’écriture ?
Par le jeu de rôle. Depuis tout jeune, je suis un grand fan des jeux de rôles papiers et je pratique cette activité ludique de manière régulière avec un groupe d'amis dans le rôle de Maître du Jeu. Et à force de jouer, j'ai fini par inventer mes propres scénarios. Puis, de fil en aiguille, j'ai commencé à inventer mes propres univers. Et lorsque de jouer ne fut plus suffisant, j'ai commencé à transposer ces univers en romans. Et me voici donc à écrire des romans de science-fiction !
Quels genres littéraires apprécies-tu particulièrement ?
Je suis un grand fan de SF, mais également de dystopie telles que Le Meilleur des Mondes ou encore 1984. Rien de bien original pour un auteur de SF, me direz-vous. Après, je suis un grand fan  de Mass Effect et de Warhammer 40000, ces univers étant dotés de nombreux romans. Enfin, j'adore la dark fantasy s'inspirant d'œuvres de Lovecraft et également le travail de White Wolf avec leur « World of Darkness ».
Quelles auteures et auteurs apprécies-tu particulièrement ?
Azimov, Frank Herbert, Aldous Huxley, HP Lovecraft, Drew Karpyshyn...
Quels romans (10 max) ?
La série Mass Effect de Karpyshyn, La prophétie Eldar de C.S. Goto, le Cycle de Fondation, A Song Of Ice and Fire, Dune...
Quels genres de musique écoutes-tu ?
Principalement du Hip-hop, de la soul et de la funk, même si j'essaye de m'ouvrir à plusieurs styles musicaux.
Quels musiciens/groupes (10 max) ?
Kendrick Lamar, Nekfeu, Lords Of The Underground, Charles Bradley, Rafael Saadiq...
Quels genres de films aimes-tu ? Quels films (10 max) ?
J'adore les films d'anticipation, comme « Les Fils de l'Homme » ou « Equilibrium ».  Ensuite, j'aime beaucoup les films de SF d'aventure spatiale, comme les Star Wars.
Quels sont tes autres loisirs
Je suis un grand fan de jeux de rôles papiers et de jeux vidéos. Et je joue au basket.
Peux-tu nous présenter tes principaux projets littéraires
Je compte poursuivre les aventures de Mina Yabrir et de ses compagnons dans plusieurs tomes. Je réfléchis également à adapter cet univers en jeu de rôle. Ensuite, j'ai également un projet de série de romans de dark fantasy.

Voici le texte des questions posées à Jérôme pendant cet Interview.

  • Quelle est l’année d’origine de l’univers que tu développes dans tes deux romans ‘Le cube perdu’ et ‘Il y a toujours un après’ ? Quelle était ta situation personnelle en ce moment ?
  • D’où te vient ce désir de faire rencontrer à ton lecteur de si nombreuses races d’extra-terrestres ? Tu nous décris ce que l’on pourrait appeler une exohumanité, est-ce lié à ta personne, à ton histoire personnelle ? Explique-nous ?
  • Tu nous explique sur le site Web de Yabrir Service qu’une ‘résolution 25’ a profondément changé la Galaxie, laissant main libre aux ‘corporations’ pour conquérir l’espace et décider du devenir de l’humanité et même de l’exohumanité. On ne peut s’empêcher de faire le parallèle politique avec ce qui se passe sur Terre aujourd’hui, l’élection d’un homme d’affaire à la tête du plus puissant pays, l’élection d’un homme issu des milieux financiers à la tête de la France, la mise en place de financiers aux postes clés de nombreuses institutions politiques. Penses-tu que la politique est morte pour ce XXIe siècle ?
  • Malraux avait annoncé que le XXIe serait spirituel, il n’avait pas prévu qu’il serait surtout business. Mais quand même on ne peut lui dénier une certaine justesse de vision. Que penses-tu de ces jeunes partis en Syrie pour un idéal très contestable vu avec nos yeux de français intégrés dans une société plutôt réactionnaire ? Comment vois-tu le retour dans leurs pays de tous ces gens : hommes, femmes et enfants ?
  • Tes écris sont les aventures d’une jeune femme particulièrement dynamique, Mina Yabrir et tu nous fais partager ses états d’âme, ses doutes, ses pulsions et même ses souffrances. D’où vient ce personnage ? Est-il issu d’un modèle existant ?
  • Lorsque l’action se déclenche dans tes romans, tous les évènements s’enchainent très vite, est-ce le basket qui t’a inspiré ce style d’écriture ? Périodes d’observations lorsque l’équipe est en attaque devant la surface adverse puis action décisive en quelques secondes pour tenter de marquer ?
    Tu sembles avoir entouré ton héroïne d’un équipage qui ressemble beaucoup à une équipe de basket, avec chacun son rôle : le pivot, l’attaquant, l’entraineur-soigneur. Qu’est-ce qui te vient de ta pratique de ce sport dans ta vie et tes écrits ?
  • Est-ce que dérouler les pensées d’une femme ne te pose pas de problèmes ? Un auteur homme ne doit-il avoir que des héros masculins et réciproquement pour les auteures femmes ?
  • Tu n’hésites pas à faire passer ton héroïne par des épreuves physiques, elle ne s’en sort jamais sans casse donnant toujours un maximum de sa personne quitte à perdre son intégrité physique pour atteindre ses objectifs. C’est aussi le cas de tes personnages secondaires. Quelle est la philosophie derrière cela ?