Avertissement concernant l'usage des cookies sur le site Jingwei

Nous utilisons des cookies uniquement pour un usage technique, aucun suivi publicitaire n est effectué avec ces cookies.

 Un immeuble de quinze étages avait été accolé à la statue de la Liberté en 2023.
  Longtemps occupé par le ministère de l'énergie nucléaire, il avait été dévolu à la section spéciale des copses parisiens en 2039. Depuis, c'était l'antre redouté du sous-commandant Pu-Y.
  Pu-Y était de ces copses violents et énergiques de la génération de Papex. À la grande époque de répression des années 2020, le gouvernement sarko-gaulliste avait cru juguler les divers mouvements extrémistes à l'aide d'une copse forte et intraitable. Paris avait connu une décennie sanglante avant qu'un ministre plus conciliant ne demande aux copses de se fondre dans le décor.
  Keller et Ladtil, eux, n'avaient connu que la copse pourrie et magouilleuse des années 30-40.
  Papex et Pu-Y étaient restés les symboles d'un ordre ancien. Le premier avait hérité du commandement de tout un secteur tandis que le second avait créé la section spéciale, sorte d'élite copse totalement inféodée au ministère de l'intérieur.

  Les deux copses encadraient Franz dans l'ascenseur extérieur. À travers le plexiglas, ils apercevaient la statue aux teintes vert-de-grisées.
  Le blond annonça "13" au vocal.
  La cabine s'immobilisa au niveau du coude levé de La Liberté.
  Les trois hommes s'engagèrent à travers une série de couloirs d'un vert profond. Ils pénétrèrent à la queue leu leu dans une bureau encombré d'appareils électroniques. Cinq copses vêtus de l'inévitable veste en cuir synthétique attendaient en grillant clopes marocaines sur clopes marocaines. L'un d'entre eux attirait immanquablement l'attention. Petit, un regard noir pénétrant comme deux mèches de titane, le sous-commandant Pu-Y tenait ses hommes en respect.
  - Voici la bête !... Franz Keller, vigile solo licence puce 4991, secteur de Papex..., dit le blond.
  - Appelez Papex ! lança laconiquement Franz.
  Les six copses se tournèrent tous vers Pu-Y.
  Le sous-commandant fit une curieuse moue de la bouche:
  - Inutile... Nous vous connaissons très bien. Quant à vos liens avec Papex, ils sont trop bizarres pour que nous en tenions compte. Selon nos fichiers, il est responsable de la mort de votre concubine... Normalement, d'après votre profil psychologique, vous auriez dû l'abattre... or, vous n'en avez rien fait !
  Franz demeura de marbre.
  - Quel est l'objet de votre contrat actuel ? continua Pu-Y.
  Franz restait debout, fixant intensément la Seine à travers la baie vitrée. Et les plis métalliques de la Statue.
  Le sous-commandant émit un rapide soupir.
  - Bon, je m'y attendais... nous allons vous brancher un Sarkoko. Cela nous évitera une perte de temps ! À vous comme à nous.
 
  Les copses avaient branché un détecteur-désinhibateur de la dernière génération, un Sarkoko 900.
  Keller attendait patiemment sur une chaise tandis qu'un copse effectuait les premiers réglages. Pu-Y fumait une fine cigarette indienne. Le regard noir du sous-commandant voguait du vigile solo à l'appareil électronique.
  Le copse électronicien releva la tête.
  - On peut y aller, commandant !
  Le sous-commandant s'installa nonchalamment dans un fauteuil:
  - Que savez-vous sur Nichachien Reilly junior, Keller ?
  - Ce que tout le monde en sait... Sûrement le financier du NIOUSCALP, peut-être même le responsable des messages virus sur nos écrans persos ou collectos...
  - Rien de plus ?
  - Rien de plus.
  Le sous-commandant Pu-Y se tourna vers le manipulateur du Sarkoko.
  Le copse acquiesça. Yeux rivés sur l'écran électronique.
   - Que savez-vous sur Bakounine ?
  - Vu ce nom dans les slogans du NIOUSCALP... c'est tout. Je ne sais pas qui c'est !
  - Connaissez-vous Nichachien Reilly junior ?
  - Non, déjà dit...
  - Etes-vous déjà allé dans le Quartier Bleu ?
  - Oui.
  - Combien de fois ?
  - Une.
  - Pourquoi ?
  - À cause des putes.
  Le pilote du Sarkoko leva la main droite.
  - Pourquoi ? répéta Pu-Y.
  - À cause des putes... le mari d'une cliente a disparu avec une fille.
  Le sous-commandant Pu-Y se tourna à nouveau vers son assistant. Le copse qui pilotait le détecteur-désinhibateur grimaça.
  - Précisez ! ordonna Pu-Y.
  - À cause des putes ! dit Keller sur un ton tranché.
  Soudain, le copse assigné au détecteur poussa un glapissement:
  - Commandant ! C’est Nichachien qui attaque notre logiciel !
  Le sous-commandant Pu-Y se rua sur l'appareil.
  L'écran affichait:

   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS

  "L'homme, comme toute chose dans le monde, est un être complètement matériel."
                         Mikhaïl Alexandrovitch Bakounine

   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS

  Puis, une fumée s'échappa du Sarkoko 900.
 

Aucun Commentaire