Avertissement concernant l'usage des cookies sur le site Jingwei

Nous utilisons des cookies uniquement pour un usage technique, aucun suivi publicitaire n est effectué avec ces cookies.

  D'après les caméras de contrôle, Warlock était descendu à BLEU II, tout près de la caserne des kamis puis, pris d'une inspiration subite, il était remonté à la lisière de la zone tampon. Là où officiaient ce que le logiciel intégré de traitement de textes avait appelé les "impalas".
  En passant devant le hall des kamis, Franz repéra aussitôt les deux ninjas d'escorte promis par Vihuranu. Le vigile solo les ignora et, d'un pas lent, quitta l'espace de l'ancien mur des Fédérés.
  Très vite, l'atmosphère du Quartier Bleu reprit possession de la personnalité de Keller. Il se sentait de nouveau invulnérable. Nichachien et Vihuranu avaient parfaitement prévu cet état d'esprit maniaque. Ils avaient minutieusement fouillé Franz, lui retirant toutes ses armes personnelles. Si le vigile ressentait des envies de meurtres, il devrait faire le coup de poing sans l'aide d'un superbar ou d'une grenade quelconque.
  Les putes blacks qui sillonnaient le Quartier, à demi nues, aussi gracieuses que des panthères en chasse l'excitaient jusqu'à la rage. Il se serait cru capable de les violer au milieu de la foule bigarrée de la grande place.
  - Marchez plus vite ! Ne vous retournez plus ! Vous devez aller jusqu'au quartier des impalas ! lui ordonna la voix de Nichachien.
  L'implant électronique provisoire avait été branché à la racine des cheveux. Un émetteur-récepteur permettait à Franz de demeurer en liaison permanente avec le quartier général de Nichachien tandis qu'une vidéo intégrée, grand angle, transmettait toutes les informations visuelles.
  Grâce à cet appareillage discret, Nichachien et Vihuranu pourraient suivre, bien à l'abri, la copulation intégrale de Franz.
  Les premières "impalas" broutaient le trottoir à cinquante mètres devant lui. Elles marchaient cabrées et heurtées, vêtues de courtes peaux de bêtes noires et blanches.
  "Canal Johnny" avait installé cinq écrans géants dans cette partie du Quartier. La chaîne câblée la plus populaire de l'Union Européenne avait offert ce dispositif de diffusion, trois ans auparavant, lors des grandes manifestations égalitaires des écolo-socialistes. Depuis, les putes chassaient le client sous les énormes écrans de télévision.
  Trois écrans culminaient à cinquante mètres de haut et étaient visibles de presque tout le Quartier Bleu tandis que les deux autres étaient disposés en V au niveau du sol.
  Une black aux traits fatigués remarqua tout de suite Keller.
  La fille était remarquablement bien foutue malgré une sale gueule que gommaient d'énormes lèvres roses quémandeuses de sexe.
  - Tu viens, le métis ? Je te ferai un prix et la spéciale... tu seras mon cinquantième de la journée.
  Franz apprécia le cul haut et incroyablement en arrière de la fille.
  - La spéciale ? dit Franz. Oui, ça m'intéresse... je veux même ta spéciale hyper spéciale !
  - Soixante euros dans une alvéole de H.L.M.... ou quarante, derrière les panneaux en V de Canal Johnny ?
  - Je prends à soixante euros. Je tiens à ce que tu sois parfaitement tranquille pour me montrer tous tes talents.
  La black fixa Franz. La fille semblait chercher une signification cachée aux paroles du vigile solo.
  - Toi, t'en veux vraiment... alors, tu vas y avoir droit !
  Puis, telle une mante religieuse, la black entraîna Franz vers sa tanière. En lui tenant la bosse dure de son pantalon par sa longue main aux ongles démesurément longs.
  Franz avait l'impression d'être empoigné par des serres...
  Soudainement, les panneaux de Canal Johnny s'étoilèrent de rouge.
  Une kyrielle de mots "VIRUS" s'affichèrent.
  Ici, comme partout dans le monde, Bakounine frappait quand il le voulait:

   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS

   "De tous les despotismes, celui des doctrinaires ou des inspirés religieux est le pire... voilà le principe de l'autorité bien établi, et avec lui les deux institutions fondamentales de l'esclavage: l'Eglise et l'Etat."

                     Mikhaïl Alexandrovitch Bakounine

   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS   VIRUS


  Le message lumineux resta imprimé pendant trente secondes puis il disparut... Bakounine ou Nichachien avait parlé !

Aucun Commentaire